Qui sommes-nous?
L'expérience
Conseil d'administration
Fondateurs

Qui sommes-nous?

  • Nous sommes un groupe de bénévoles, qui s'est doté d'un conseil d'administration afin de donner une nouvelle vie à La Solitude après le départ de son fondateur, le père Raymond Bujold, c.s.c.
  • Avant d'être un lieu, La Solitude est une expérience de silence en pleine nature, une invitation à prendre contact avec son être profond, à prendre du temps pour soi.
  • Nous offrons des ateliers de groupes dont les animations variées s'appuient d'abord et avant tout sur la puissance du silence et la beauté de la nature. Nous accueillons avec respect les gens de toutes croyances
  • Nous offrons des séjours sans animation, du temps pour soi, d'une durée de votre choix : un jour, deux jours, une semaine ou plus.
  • Nous offrons aussi la possibilité pour les groupes de louer nos installations.
Haut

L'expérience...
DSC05105La Solitude, c'est pour qui?
  • Tu souhaites apprendre à te détendre?
  • Tu te questionnes sur le sens, le but de ta vie?
  • Tu aimerais faire le vide en toi pour t'aider à voir clair?
  • Tu as besoin de temps pour toi-même?
                Alors, La Solitude, c'est pour toi!

À La Solitude, nous offrons :
o    Une maisonnette individuelle, avec électricité, dans un terrain boisé près d'une rivière ou le silence et la simplicité favorisent l'intériorité et le repos.
o    Du temps pour soi.
o    Un service d'écoute et d'accompagnement personnel au besoin.
o    Un lieu de rencontre actualisé pour répondre au besoin.

Comment se déroule un séjour à La Solitude?

Tu te laisses d'abord accueillir par des bénévoles dans la découverte du terrain et de la maisonnette.

Le dépaysement est une des premières conditions pour entreprendre dans la solitude et le silence le voyage intérieur à la rencontre du Soi.

Tu écoutes le silence.

Tu vis et te reposes à ton propre rythme.

Les conditions de vie qu'on y retrouve facilitent le retour à la Source de Vie au cœur de l'être humain.
Tout doucement, prendre le temps d'aller puiser à la source de ton coeur.


Conseil d'administration

Président : Roger Landry
Vice-président : Paul Soucy
Trésorier : Jean-Guy Poirier
Secrétaire : Simone Rainville
Conseiller.e.s : Claudia Allain, Jean-Marc Arseneau, Jocelyne Bernier, Joe Breau, Lise Ethier, Renée Landry, 

Membre honorifique : Fernand Arsenault, Viola Doiron, Marius Tanguay.


Nous avons aussi différents comités : comité de communication et marketing, comité de financement 
et comité de la programmation.

L'énoncé de vision

La Solitude de Pré-d’en-Haut inc. a comme vision que toute personne se réalise pleinement.

L'énoncé de mission
La Solitude de Pré-d’en-Haut inc. favorise ta (la?) quête intérieure par la voie du silence et de l’écoute de Soi.

L'énoncé de valeurs
Les valeurs principales de La Solitude de Pré-d’en-Haut inc. sont entre autres l’intériorité, l’amour, le respect et la simplicité.


Notre travail d'équipe est fondé sur un leadership visionnaire, une information fiable, la confiance mutuelle, la coopération, l'intégrité et la transparence.
Nous tenons compte des intérêts mutuels de notre clientèle et de nos partenaires.
Nous traitons tout le monde de façon égale et équitable.
Nous favorisons la prise de décision par consensus.
Nos délibérations sont confidentielles et nous démontrons notre solidarité suite aux décisions prises par l'organisme.
 

Fondateur

Père Raymond Bujold

Raymond_Bujold
Le père Raymond Bujold, prêtre de la Congrégation de Sainte-Croix. Fils d'Albert Bujold et de Joséphine LeBlanc, Raymond était né le 25 octobre 1924 à Carleton (Gaspésie). De 1942 à 1949, il avait fait ses études classiques à l'Université Saint-Joseph de Memramcook. Le 15 août 1949, il prit l'habit chez les Religieux de Sainte-Croix à leur noviciat de Pointe-Claire (Québec). Le 16 août de l'année suivante, il prononça ses premiers vœux et devint membre de la Congrégation de Sainte-Croix. Dès septembre de la même année, il entreprenait ses études théologiques au Scolasticat Notre-Dame-de-Sainte-Croix, à Sainte-Geneviève de Pierrefonds, près de Montréal. Le 19 décembre 1953, il était ordonné prêtre à Carleton par S.E. Mgr Albini LeBlanc, alors évêque de Gaspé.


À l'automne 1955, le père Bujold est envoyé comme missionnaire dans le nord-est de l'Inde. Il commence ce ministère par l'étude assidue du Bengali et du Lushai, les deux principales langues de cette partie du monde. De 1956 à 1968, il œuvre à Chhingchhip, chez les Mizos de l'Assam, dans la Préfecture apostolique d'Haflong. Il passa environ quinze ans aux Indes. Son territoire, situé au nord des Indes, comprenait plusieurs villages séparés par des chaines de montagnes. Il se déplaçait à pied, d'un village à l'autre, ce qui pouvait lui prendre plusieurs jours étant donné qu'il devait traverser les montagnes. Comme il était souvent seul, il devait apporter tout ce dont il avait besoin dans un sac à dos. C'est durant ces longues marches qu'il a découvert une présence divine dans son intérieur. Il s'est rendu compte qu'en ayant juste l'essentiel pour vivre, sans distractions de l'extérieur, il pouvait vraiment entrer en communication avec sa voix intérieure. C'est cette force intérieure qui lui a permis de pouvoir continuer sa mission dans des conditions très difficiles. Après quinze ans d'un total dévouement auprès de ces personnes qu'il aimait, il s'est vu forcé de revenir au Canada à cause d'épuisement et des fortes tensions politiques qui agitaient le nord des Indes.Ce territoire tribal du nord-est de l'Inde était alors confié à un groupe de missionnaires canadiens, dont quelques-uns venaient des Provinces maritimes. À cette époque, diverses tensions politiques devaient aboutir à l'extradition de la plupart des missionnaires d'origine canadienne. Ce sera une occasion de très grande souffrance pour le père Raymond Bujold. Il demeure qu'à ce jour, son souvenir est encore bien vivant auprès de nombreux confrères de Sainte-Croix d'origine indienne et son travail de missionnaire a porté des fruits, puisque ce territoire compte maintenant une province religieuse de Sainte-Croix et deux diocèses dont l'un des évêques est d'origine tribale et fils du principal catéchète du temps du père Bujold.

Revenu au Canada en 1968, le père Bujold commence par prendre une année de repos, bien méritée, à Moncton, puis devient ensuite aumônier de religieuses pendant un an et administrateur de Paquetville (diocèse de Bathurst) pendant une autre année. En 1971, il est nommé à la Maison Sainte-Croix de Pré-d'en-Haut, où il remplit diverses fonctions comme animateur et directeur de cet établissement.
À compter de 1976, il développe l'expérience connue sous le nom de La Solitude. Il s'est vite rendu compte qu'il pouvait difficilement transmettre aux gens de chez lui ce qu'il avait découvert aux Indes. Un matin, il s'est éveillé avec l'inspiration qu'il devait bâtir des maisonnettes où les gens d'ici seraient invités à venir vivre dans le dépouillement et le silence, c'est-à-dire dans La Solitude. Raymond a animé La Solitude pendant environ trente-cinq années.C'est alors qu'il entrera en contact avec un très grand nombre de personnes à la recherche d'un approfondissement spirituel. Dans cette tâche, il sera secondé par de nombreux bénévoles et professionnels. Cette expérience et la méthode mise au point à La Solitude ont fait l'objet de deux livres: Une spiritualité de l'amour (avec le concours de Mme Marielle Gervais) et Voies d'entrée dans l'inconscient (avec le concours de la sœur Viola Doiron, f.m.a.). Pendant 30 bonnes années, le père Bujold a été l'animateur, la cheville ouvrière, l'homme à tout faire et le père spirituel de La Solitude.

C'est à l'hiver 2007 qu'il quitte La Solitude à cause, de nombreux problèmes de santé. Plusieurs ont alors dit de lui «qu'il s'était usé jusqu'à la corde». Il passe quelque temps à la Résidence des Religieux de Sainte-Croix de Moncton, puis ses forces déclinant sans cesse, il demande lui-même d'aller finir ses jours à la Maison Basile-Moreau (infirmerie de la Congrégation de Sainte-Croix à Montréal). Il s'est éteint paisiblement à l'Hôtel-Dieu de Montréal le 27 avril 2010.


Haut